Hommage aux artistes assassinés  0

Hommage aux artistes assassinés

 

Concert commémoratif au Conservatoire de la Ville de Luxembourg

par Laurent Moyse

Soixante-dix ans après le soulèvement du ghetto de Varsovie, le Conservatoire de la Ville de Luxembourg a prêté dimanche après-midi son cadre à un émouvant concert, qui a fait la part belle à des compositeurs juifs assassinés dans les camps de concentration ou d’extermination.

 

Cette commémoration, à laquelle ont notamment assisté le président du Conseil d’Etat, Victor Gillen, le vicaire général, Erny Gillen, le conseiller de l’ambassade d’Allemagne au Luxembourg Joachim Schemel, et le directeur du Centre de documentation et de recherche sur la Résistance, Paul Dostert, est née de l’idée qu’ont eu deux élèves du Conservatoire, Salome et Jeremias Sanchez-Suska, de marquer « Yom Hashoah », c’est-à-dire le jour consacré au souvenir des millions de victimes du génocide juif, par une cérémonie retraçant l’univers musical de cette période, a indiqué son directeur, Marc Meiers, dans son discours introductif. Cette initiative a finalement pris corps un an et demi plus tard, avec l’implication d’un certain nombre d’élèves et de professeurs du Conservatoire. Au fur et à mesure de son élaboration, le programme s’est étoffé en un assemblage d’?uvres musicales et de récitations dont le point commun était la référence – directe ou indirecte – à la Shoah.

Placé sous le patronage du ministère de la Culture, ce concert était organisé en association avec le Consistoire israélite de Luxembourg. Son président, François Moyse, a relevé l’importance de cette manifestation, soulignant que la musique composée dans les camps a survécu à leurs compositeurs et que l’union autour de la mémoire était une chose capitale.

La plupart des ?uvres interprétées ensuite ont été composées par des musiciens ayant péri dans les camps : Hugo Löwenthal, Viktor Ullmann, Pavel Haas, Rudolf Karel, Robert Dauber, Gideon Klein, Ilse Weber et Zikmund Schul ont tous été assassinés à Auschwitz, Theresienstadt ou Dachau au cours des années 1943 à 1945. Plusieurs jeunes musiciens figuraient parmi les interprètes et les récitants, dimanche au Conservatoire, de même que l’ancienne ministre de la Culture Erna Hennicot-Schoepges. Un moment d’intense émotion parcourut la salle quand à la fin du concert a été diffusé un vieil enregistrement extrait d’un opéra pour enfants, Brundibár, du compositeur germano-tchèque Hans Krasa. Il s’agissait d’un document audio enregistré le 30 août 1944 par la chorale d’enfants à Theresienstadt, peu de temps avant que ceux-ci ne soient envoyés à la mort. La jeune Salome Sanchez-Suska, qui a clôturé cette manifestation, a souligné que ce concert était placé dans un esprit de fraternité, contraire à tout sentiment d’hostilité et de haine et privilégiant le vivre ensemble plutôt que le rejet d’autrui.

 

Retrouvez toutes les photos en cliquant ici: http://synagogue.lu/CIL_Photos/index.php/Yom-Hashoah-2013